Protocole sanitaire – Covid 19

PROTOCOLE SANITAIRE ACTA

RENTREE 2020

Le 11 juillet a marqué la fin de l’état d’urgence sanitaire en France Métropolitaine, une reprise progressive des activités culturelles et sportives, et pour ce qui nous concerne la reprise des activités en présence de public. Ceci étant, le coronavirus circule toujours, et si les hospitalisations et les décès poursuivent leur baisse, la période estivale et la reprise progressive de l’ensemble des activités nationales provoquent une augmentation du nombre de personnes porteuses du virus. La vigilance et une adaptation de l’organisation de nos pratiques sont donc nécessaires pour cette rentrée, et certainement sur une plus longue durée.

Le cadre légal qui fonde, dans l’actualité sanitaire, l’organisation de nos activités est constitué par le décret du 10 juillet 2020 marquant la fin de la période d’urgence sanitaire, et son actualisation par le décret du 13 août.

L’ensemble des activités sont autorisées : ateliers interactifs et spectacles

L’ensemble des salariés de la sarl ACTA ne doivent en aucun cas venir travailler en cas de fièvre, de toux, de difficultés respiratoires etc. Ils doivent prévenir la direction dès l’apparition des symptômes, dans l’objectif de prendre toutes les mesures d’isolement si nécessaire. Ils doivent effectuer un test si le médecin le demande et respecter toutes les règles édictées par le HCSP.

Les publics concernés et les lieux de pratique envisagés : tous les publics n’ayant aucun des signes de contamination, dans tous les lieux respectant les règles sanitaires et de distanciation.

1.LES AMENAGEMENTS IMPOSES PAR LE CONTEXTE SANITAIRE

1.1 TRAÇAGE

1.1.1 Ateliers hors établissements scolaires : les pratiquants d’une activité sportive (école de gladiateurs, sports Olympiques, …) qui ne permet pas la distanciation et le port du masque renseignent un cahier de présence fourni par ACTA ( cf 1 .5) , en précisant leurs nom et prénom, leur heure d’arrivée et de départ, en utilisant leur propre crayon ou en veillant, après usage, à nettoyer le crayon collectif avec du gel hydro-alcoolique mis à disposition. Cela a pour but de connaître les participants en cas de contamination et de pouvoir effectuer un traçage. Cette action s’applique dans le cadre des activités sportives type « stages gladiateurs ou école de gladiateurs » de la sarl ACTA.

Les animateurs ACTA en charge de ces ateliers renseignent eux-aussi leurs nom et prénom, le jour et le lieu de l’intervention.

1.1.2 Dans les établissements scolaires : ce n’est pas nécessaire, l’appel et le contrôle des élèves étant de la responsabilité de l’établissement.

1.2. MATERIEL ET DISTANCE

Lors de la pratique sportive, encadrants et pratiquants doivent utiliser prioritairement leur matériel (protections, corde…) et désinfecter ce matériel après usage. Avant et après toute manipulation de matériels, les pratiquants doivent se laver consciencieusement les mains avec du savon à un point d’eau ou en utilisant du gel hydro alcoolique mis à disposition par la sarl ou la structure accueillante. L’effectif maximum des groupes pratiquant simultanément peut être supérieur à 10 personnes. Il convient d’adapter les effectifs, en tenant compte des surfaces et de la configuration des espaces de pratique et des espaces sanitaires, dans le but de respecter au mieux la distanciation sociale et les gestes barrières. Il faut autant que possible respecter 1 mètre de distance entre chaque participant sauf bien sûr dans la pratique des sports de combats. Ces actions s’appliquent tout particulièrement dans le cadre des activités sportives type « stages gladiateurs » de la sarl ACTA. Les vestiaires et douches sont accessibles sous réserve de désinfection.

Lors des activités avec les scolaires, dans les espaces clos (salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats, etc.), la distanciation physique n’est pas obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. Néanmoins, les espaces sont organisés de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves notamment dans les salles de classe et les espaces de restauration. Dans les espaces extérieurs, la distanciation physique ne s’applique pas.

Lors des spectacles, les acteurs et les animateurs d’ACTA veilleront à ce que le public garde ses distances et qu’il ne manipule pas les objets utilisés lors des spectacles.

1.3 PORT DU MASQUE

Lorsque le masque n’est pas utilisé, il peut être soit suspendu à une accroche isolée, soit replié sans contacts extérieur/intérieur (ne pas le rouler) et stocké dans une pochette individuelle.

Les salariés de la sarl ACTA suivent les recommandations en vigueur des structures qui les accueillent lors de leurs déplacements professionnels.

1.3.1 LORS DE LA PRATIQUE SPORTIVE (STAGE/ SPECTACLE)

Les textes précisent que d’une part, lorsque la nature même de l’activité ne permet pas le respect de la distanciation (notamment le cas de certains sports), celle-ci peut ne pas être respectée, et que d’autre part, le port du masque n’est pas obligatoire pendant la pratique sportive.

Sur cette base, hormis pendant la pratique sportive active (l’échauffement et la récupération active font partie intégrante de la pratique mais la présentation historique non), le port du masque est obligatoire. De plus, les pratiquants doivent respecter les règles et comportements sanitaires édictés : lavage fréquent des mains, distanciation et port du masque hors des phases de pratique.

1.3.2 EN DEHORS DE LA PRATIQUE SPORTIVE

Le port du masque est obligatoire pour tous hors pratique sportive :

  • –  Pour les animateurs d’ACTA, les personnes chargées de l’accueil parents/accompagnateurs lors des stages gladiateurs.
  • –  Pour les spectateurs des spectacles d’ACTA.
  • –  Pour les animateurs d’ACTA, les enseignants, les adultes encadrants lors des activités avec les scolaires. Pour les élèves, se référer aux recommandations des autorités sanitaires (voir 1.3.3)
  • –  Pour les salariés de la sarl ACTA lors de leur présence dans les locaux de l’entreprise.
  • –  D’une façon générale lorsque les salariés de la sarl ACTA sont en contact avec du public dans le cadre de leur activité professionnelle.

1.3.3 POUR LES ELEVES
Les recommandations des autorités sanitaires sont les suivantes :

  • –  Pour les élèves des écoles maternelles : le port du masque est à proscrire
  • –  Pour les élèves des écoles élémentaires, le port du masque n’est pas recommandé mais des masques sont à disposition pour équiper les enfants présentant des symptômes dans l’attentede leur départ de l’école.
  • –  Pour les collégiens et les lycéens, le port du masque « grand public » est obligatoire dans lesespaces clos ainsi que dans les espaces extérieurs.

    L’avis du médecin référent détermine les conditions du port du masque pour les élèves présentant des pathologies.

1.3.4 CAS PARTICULIER DES SPECTACLES

Lors des spectacles, les acteurs ne sont pas tenus de porter le masque lorsqu’ils sont en représentation : il est demandé aux organisateurs de positionner les spectateurs à la distance préconisée par les mesures sanitaires et de leur imposer le port du masque.

1.4 LAVAGE DES MAINS

Le lavage des mains est essentiel. Il consiste à laver à l’eau et au savon toutes les parties des mains pendant 30 secondes. Le séchage doit être soigneux si possible en utilisant une serviette en papier jetable, ou sinon en laissant sécher ses mains à l’air libre. Les serviettes à usage collectif sont à proscrire. À défaut, l’utilisation d’une solution hydroalcoolique peut être envisagée.

Le lavage des mains doit être réalisé, a minima :

o A l’arrivée dans l’école ou l’établissement
o Avant chaque repas
o Après être allé aux toilettes
o Le soir avant de rentrer chez soi ou dès l’arrivée au domicile.

Le lavage des mains aux lavabos peut se réaliser sans mesure de distanciation physique.

1.5 ACTIONS A MENER EN CAS DE SUSPICION PENDANT L’ANIMATION

En cas de suspicion d’un cas lors d’une activité. Il faut isoler le cas lui demander de mettre un masque (s’il ne le porte pas), appliquer strictement les gestes barrières, et faire porter obligatoirement le masque à toutes les personnes présentes. En l’absence de signes de détresse, renvoyer le cas à son domicile en lui demandant de prendre contact rapidement avec son médecin traitant. Si possible dans un véhicule personnel et seul pour éviter les « cas contacts ». Éviter absolument les transports en

commun. En cas de signes de détresse, il faut téléphoner au 15, se présenter, présenter les symptômes, donner un numéro de téléphone pour être joignable et donner la localisation précise. Dans le cas d’une animation avec atelier, tenir le registre de présence des participants à disposition de l’ARS afin de réaliser les mesures sanitaires nécessaires.

2. MESURES APPLICABLES AUX LOCAUX DE L’ENTREPRISE

Les Établissements Recevant du Public (ERP) de type X, c’est à dire les équipements sportifs et culturels couverts, peuvent désormais ouvrir sous réserve de la décision de leurs propriétaires ou gestionnaires qui demeurent seuls habilités à en autoriser l’accès.

Les produits et les services doivent présenter, dans des conditions normales d’utilisation, la sécurité à laquelle on peut légitimement s’attendre et ne pas porter atteinte à la santé des personnes.

D’une manière générale, ils doivent prendre toutes les mesures possibles pour contribuer au respect de l’ensemble des obligations de sécurité prévues par la loi, et notamment celles issues du décret du 10 juillet 2020, modifié par celui du 13 août 2020.

Le principe est que l’obligation générale de sécurité est une obligation de moyens. L’obligation de moyens est une obligation en vertu de laquelle le débiteur doit déployer ses meilleurs efforts pour atteindre l’objectif visé ; elle s’oppose à l’obligation de résultat, par laquelle un objectif est donné. Pour retenir la responsabilité de la structure, il appartient à la victime d’apporter la preuve du dommage qu’elle a subi (contamination), de la faute de l’exploitant (non-conformité de son établissement aux règles d’hygiène et de sécurité) et d’un lien de causalité entre la faute et le dommage subi. Lorsque ces trois critères sont réunis, l’exploitant pourra voir sa responsabilité engagée sur le terrain disciplinaire, civil et pénal.

2.1 PROCEDURES DE NETTOYAGE/DESINFECTION

Si l’ERP était complètement fermé pendant le confinement et n’a pas été fréquenté dans les 5 derniers

jours ouvrés avant la réouverture, la présence du SARS-CoV-2 encore infectant sur des surfaces sèches est négligeable. Le HCSP recommande de réaliser un nettoyage pour une remise en propreté de tous

les locaux intérieurs et des espaces extérieurs avec un protocole habituel. Aucune mesure spécifique supplémentaire de désinfection n’est nécessaire. Les éventuels réservoirs d’eau naturels (eau de pluie) doivent être vidés et asséchés.

Si l’ERP était partiellement et transitoirement occupé pendant le confinement pour des activités diverses, le HCSP recommande de réaliser le protocole de nettoyage/désinfection des locaux que mentionné ci-dessous.

Le HCSP recommande de veiller à bien aérer les locaux (par ouverture en grand de toutes les fenêtres) notamment pendant et après les opérations de nettoyage, et de vérifier le bon fonctionnement des systèmes d’aération et de ventilation en dehors d’une présence humaine.

Le HCSP recommande aussi :

• De procéder aux opérations adaptées d’entretien et de purge du réseau d’eau froide afin d’évacuer le volume qui a stagné dans les canalisations intérieures pendant la durée de la fermeture.

• De mettre en œuvre les mesures prévues dans l’arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionnelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d’eau chaude sanitaire, lorsqu’un ERP a fermé ses portes pendant plusieurs semaines.

2.2 PROCEDURES DE NETTOYAGE EN ROUTINE APRES LA REOUVERTURE

  • Nettoyer et désinfecter régulièrement les surfaces et les objets qui sont fréquemment touchés (si possible deux fois par jour, au minimum une fois par jour), par exemple les poignées de porte, interrupteurs, robinets d’eau des toilettes, boutons d’ascenseur, accoudoirs de chaise, tables, rampes d’escalier, toilettes, claviers, téléphones, télécommandes, interrupteurs, tables, bureaux, etc.
  • Dans le cadre de bureaux partagés, des lingettes ménagères ou des produits compatibles avec les surfaces nettoyées peuvent être mis à disposition des utilisateurs pour le nettoyage des claviers, souris, téléphones (y compris personnels), etc.
  • Commencer le nettoyage dans les zones plus propres vers les zones plus sales.
  • Nettoyer avec les produits de nettoyage /désinfection habituels. Pour la désinfection, la plupart des désinfectants ménagers courants devraient être efficaces s’ils respectent la norme de virucide pour les virus enveloppés. Suivre les instructions du fabricant pour tous les produits de nettoyage et de désinfection (ex. la concentration, la méthode d’application et le temps de contact, etc.).
  • Il faut éviter si possible l’utilisation de vaporisateur ou pulvérisateur afin de limiter la formationd’aérosol de produit désinfectant pouvant être inhalé et ainsi irriter les voies respiratoires. Si un tel vaporisateur est utilisé, le régler afin d’avoir un jet à grosses gouttes. Ne pas utiliser non plus d’aspirateurs
  • Éviter de réaliser ces opérations de nettoyage/désinfection en présence de salariés ou autrespersonnes (élèves si école). Remarques :
  • Il est recommandé de ne pas mélanger l’eau de Javel avec des produits autres que de l’eau.
  • Il est recommandé de veiller à bien aérer les locaux (par ouverture en grand de toutes les fenêtres) notamment pendant et après les opérations de nettoyage, et de vérifier le bon fonctionnement des systèmes d’aération et de ventilation.

2.3 RECOMMANDATIONS POUR LA PROTECTION DES PERSONNELS REALISANT LE NETTOYAGE DES LOCAUX

  • Porter des gants imperméables pour protéger les mains lors du nettoyage.
  • Réaliser un lavage des mains et des avant-bras avec de l’eau et du savon avant d’enfiler lesgants et lorsqu’ils sont retirés.
  • Après le nettoyage, les gants qui sont lavables doivent être soigneusement lavés avec de l’eauet du détergent puis séchés, ou encore jetés et remplacés par une nouvelle paire au besoin.
  • Le lavage des mains doit être effectué avant et après le port de gants.
  • Retirer les vêtements et le masque alternatif et les laver une fois les opérations denettoyage/désinfection complétées.
  • Les protocoles de nettoyage/désinfection (fréquence, produits, etc.) et de protection dupersonnel doivent être rédigés au sein de chaque ERP.
  • Des actions de communication envers les personnels doivent être organisées pour le tenir au courant de la situation au sein de l’ERP.

3. PROTOCOLE SANITAIRE PARTICULIER POUR LES ATELIERS SCOLAIRES

La limitation du brassage entre groupes d’élèves (classes, groupes de classes ou niveaux) n’est pas obligatoire. Toutefois, les écoles et établissements scolaires organisent le déroulement de la journée et des activités scolaires pour limiter, dans la mesure du possible, les regroupements et les croisements importants entre groupes. Les animateurs et acteurs ACTA doivent donc veiller à éviter autant que possible le brassage des élèves des différents ateliers. Les arrivées et départs sont particulièrement étudiés pour limiter au maximum les regroupements d’élèves. Les personnels ainsi que les élèves portent un masque durant tous leurs déplacements.

Afin d’assurer la sécurité des élèves et des animateurs, un protocole de nettoyage est appliqué sur le matériel manipulé par les enfants. Prévoir d’arrêter l’atelier 5 mn avant la fin pour avoir le temps de nettoyer le matériel.
Produits utilisés : Spray désinfectant, papier essuie-tout.

ATELIERS ANTIQUES :
Ecole de gladiateurs : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Courses et lancers des J.-O. : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Combats des J.-O. : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Vêtement antique : cet atelier n’est pas proposé sur 2021
Lampe à huile : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés. Attention à ne donner que des petites quantités d’argile à chaque élève pour qu’il n’y ait pas de chutes. S’il y a des chutes, il faut les jeter.
Théâtre romain : pulvériser le produit désinfectant à l’intérieur des masques et sur la bourse. Faire le travail de répétition/apprentissage par les élèves sans les masques antiques. Les élèves ne portent les masques qu’une fois la scénette maitrisée, pour l’ultime passage devant leurs camarades. Le masque moderne est porté sous le masque antique. Ne pas utiliser les costumes.
Écriture antique : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Le Légionnaire romain : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Armement de l’Hoplite : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Armement du Gaulois : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Archéologie expérimentale : non concerné.
Fibule : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés. Ne pas faire circuler les pièces archéologiques pour ne pas avoir à les désinfecter. Ne pas utiliser sur les vêtements des enfants (vous pouvez faire la démonstration sur vous).

ATELIERS MEDIEVAUX :
Héraldique : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés. Favoriser l’utilisation du matériel personnel lors des prestations dans les établissements. Lors de la réservation, demander que les élèves aient leur matériel personnel : crayon, règle, gomme, pinceaux.
Ecole d’épée : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Harnois : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Architecture médiévale : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Vêtement médiéval : cet atelier n’est pas proposé sur 2021
Vitrail : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés. Favoriser l’utilisation du matériel personnel lors des prestations dans les établissements. Lors de la réservation, demander que les élèves aient leur matériel personnel : crayon, règle, gomme, ciseaux.
Calligraphie : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.
Art de la table : ne pas faire circuler/sentir les pots d’épices.
Arbalète : pulvériser le produit désinfectant sur les objets manipulés.

Remonter